tardigradeLe tardigrade, ou « ourson d’eau », est un tout petit animal qui fait au maximum un millimètre. Il est devenu célèbre car on a découvert qu’il résistait quasiment à toutes les agressions : froids (– 272 °C) ou chaleurs extrêmes (340 °C), irradiations massives, pressions énormes équivalant à 60 km de profondeur, salinités considé- rables, alcool absolu, air liquide, absence d’oxygène… On l’a placé dans l’espace où non seulement il a survécu, mais a manifesté en plus des comportements reproducteurs ! « Même pas mal » ! Si le manque d’eau est trop important ou d’autres circonstances trop défavorables, il chasse l’eau de son corps et le remplace par un sucre, le tréhalose, ce qui lui donne une forme de petit tonneau (« tonella »). Quand il est réhydraté, il se reconstitue et repart comme si de rien n’était. Un botaniste qui a étudié une mousse à Kew Gardens, en a fait revivre un qui était dans cet état de « cryptobiose » (vie devenue imperceptible, apparemment suspendue), sans le faire exprès. Il était dans cet état depuis 80 ans ! On estime que dans les glaces du Groenland, des tardigrades se mettent en dormance pour des milliers d’années s’il le faut. On en a identifié plus de 1 100 espèces différentes, appartenant à un ordre à part de tous les autres animaux et possédant des gènes jamais observés ailleurs. L’ourson d’eau a probablement encore bien des choses à nous apprendre… Affaire à suivre.( Vu dans les dossiers de santé et Nutrition ) 

Bientôt un nouveau piège contres les punaises des lits. Pour le concevoir une scientifique canadienne, Régine Gries -qui n'était pas allergique !- a nourri sur son bras tous les spécimens du laboratoire d'une université Canadienne faisant des recherches avec son mari - professeur de biologie Gerhard Gries - depuis huit ans pour mettre au point un appât attirant les punaises de lits. 180.000 morsures en cinq ans...pour la bonne cause ! Et ce n'est pas terminé ... reste à finaliser le leurre, encore quelques piqûres en prévision pour cette scientifique tenace à la peau dure !

punaise-diaboliqueUn autre type de punaise - qui cette fois ressemble à la punaise des bois bien connue- est en passe de devenir un nouveau fléau: La punaise diabolique (Halyomorpha halys) venant d'asie ravage de nombreuses cultures. Présente sur de larges territoires aux Etats unis, elle menace actuellement d’envahir l’Europe. Elle a été observée pour la première fois en France (en Alsace) en 2012. L'INRA a développé une application smartphone pour inviter les citoyens à la dénoncer ...Vous pouvez AGIIR !

le nouvel observateur







On les ramène dans nos bagages et elles en profitent pour infester nos matelas. Dans les grandes villes les services d'hygiènes sont débordés. Mais il existe des pistes pour s'en débarrasser.


Article de Fabien Gruhier publié le 24/08/2014

 FA A l'heure de la rentrée, des souvenirs de vacances rapportés à notre insu peuvent se révéler fort désagréables ! ... 

Article de 
Cécile Abdesselam publié le 1/09/2014
Cliquez sur la revue

Avec le retour du printemps, les randonneurs sont nombreux à se lancer sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle. Outre les ampoules au pied, un autre fléau les guette sur ce chemin de randonnée très fréquenté : la punaise de litPar Claude Fallas - Publié le 20/05/2014 | pour FR3 Auvergne

Lettre d'informations

Pour recevoir actualités et promotions de notre part par email.
captcha